De Peter Bagge, éditions Nada, 116 pages.
...

De Peter Bagge, éditions Nada, 116 pages. 7 Qui se souvient de Margaret Sanger? D'après l'auteur de cette bio, si vous tapez son nom dans un moteur de recherche, il y a de grandes chances pour que vous tombiez sur le portrait d'une femme peu sympathique, raciste, génocidaire, fasciste et communiste (dans la même phrase). C'est, toujours d'après Peter Bagge, le moyen qu'ont trouvé les détracteurs de la rebelle créatrice du planning familial pour la calomnier. Rappelons que Sanger est née fin du XIXe siècle aux États-Unis et qu'en ces temps obscurs, tous les esprits n'étaient pas éclairés (ils ne le sont parfois pas plus aujourd'hui). Ce sont peut-être les 18 grossesses (sur 25 ans) qu'a subies sa mère qui ont ouvert les yeux de la jeune Margaret sur la condition des femmes. Très vite, son combat s'est focalisé contre l'obscurantisme et pour la liberté des femmes de posséder et de disposer librement de leur corps. Pour ce faire, le moyen le plus simple et naturel que trouva Margaret aura été de dispenser des cours d'anatomie et plus particulièrement d'éducation sexuelle. Inutile de dire que son chemin fut long et semé d'embûches. Elle fut calomniée, interdite de conférence, emprisonnée et forcée de fuir son pays. Malgré tout, ses études et revendications trouvèrent un écho de plus en plus large dans la population. Même s'il faudra tout de même attendre 1947 pour voir l'ouverture du premier planning familial. Qui mieux que Peter Bagge pour s'attaquer à cette biographie? Le chroniqueur de la jeunesse américaine désabusée des années grunge prouve qu'il n'a rien perdu de son humour caustique, et ce n'est pas l'aspect instructif de son nouvel opus qui va nous gâcher le plaisir de ces retrouvailles. Plongez dans cette salutaire biographie car si nous avions oublié le nom de Margaret Sanger, d'autres, de par le monde, restent privés d'informations essentielles quant à la vie, le sexe et tout le bazar. C.B.