La programmation de Jean Marchetti est-elle vouée à toujours nous éblouir? Au fil d'expositions qui jamais ne déçoivent, la question commence à se poser sérieusement. En la matière, la dernière proposition, signée Roby Comblain (1955, Bujumbura), calibrée et pensée in situ, ne fait pas exception. C'est une oeuvre mature, celle d'un homme qui a roulé sa bosse en tant que scénographe à La ...

La programmation de Jean Marchetti est-elle vouée à toujours nous éblouir? Au fil d'expositions qui jamais ne déçoivent, la question commence à se poser sérieusement. En la matière, la dernière proposition, signée Roby Comblain (1955, Bujumbura), calibrée et pensée in situ, ne fait pas exception. C'est une oeuvre mature, celle d'un homme qui a roulé sa bosse en tant que scénographe à La Monnaie et n'a abordé la gravure qu'à 50 ans, que l'on découvre. Elle est subtile, en nuances, non-intrusive. Sans doute est-ce pour cette raison que l'oeil va à sa rencontre. Face cachée tire son origine d'une image, la radiographie d'une toile pour être exact, un genre qui aimante l'artiste. La radiographie en question? Le Syndic de la guilde des drapiers de Rembrandt, chef-d'oeuvre bien connu du Rijksmuseum d'Amsterdam. Passionnant et inquisiteur, le cliché fait apparaître une nouvelle composition, des personnages que l'on n'avait pas vus, dont cette femme parmi une horde de bonshommes vêtus de noir. Ce spectre de peinture retient l'oeil de Comblain tout autant que le bruit, parasitage bien connu des photographes, qui rappelle à l'intéressé la façon particulière qu'il a d'aborder l'estampe sur bois -c'est-à-dire sans le graver, juste en dosant les encrages, les collages et les pressions. Sur cette trame convergente, l'artiste a imaginé une narration faite d'échos au coeur desquels le gris va et vient à la façon d'une pulsation. Une oeuvre monumentale, disposée au fond de la galerie, en révèle la face la plus ambitieuse. Septante carrés de papier japonais traversés d'ondes et de vagues auxquelles le regard ne peut résister, emmené qu'il est dans ces alluvions brumeux. Coup de génie, c'est vu de dos, par transparence, que l'agencement s'offre à nous. Une voie lactée, perspective abyssale nous renvoyant au passé du vivant, se tient là.