Sur une plage d'Ibiza, un homme est exécuté. Vingt-cinq ans plus tôt, le même abat Jaurès. Entre ces deux événements, il y a la guerre, celle d'Espagne, que Florentin Bordes a connue marqué au fer noir et rouge de l'anarchie, bien plus que par la Seconde à venir. Ariane, sa petite-...

Sur une plage d'Ibiza, un homme est exécuté. Vingt-cinq ans plus tôt, le même abat Jaurès. Entre ces deux événements, il y a la guerre, celle d'Espagne, que Florentin Bordes a connue marqué au fer noir et rouge de l'anarchie, bien plus que par la Seconde à venir. Ariane, sa petite-fille qui l'adulait, a pris sa suite dans l'action politique et terroriste à la fin des Trente Glorieuses; au grand dam de Jacques, son époux, historien de la Révolution, et de leur fille Rose, bientôt orpheline de ses deux parents... Ce roman choral joue à saute-mouton entre les époques et donne la parole (souvent intérieure) à plus de 40 personnages, dont Jaurès et Buonaventura Durruti. Cette étourdissante saga, au début fastidieuse du fait de ce tournez- manège de prises de paroles auquel il faut s'habituer, devient rapidement vertigineuse et captivante. Elle a au final pour l'objet la vie qui n'est que "terreur et désir", résumée par une scène épiphanique racontée par Florentin au milieu du roman, mais vécue au début de son existence. L'écriture de Thierry Froger est à l'image de la pensée de ses personnages: construite, charpentée même, et fluide. Et c'est d'ailleurs le seul reproche que l'on puisse adresser à l'auteur: s'il donne la parole à bien des personnes, son écriture ne varie pas pour l'exprimer. Si bien que l'on entend qu'une seule voix: la sienne.