L'apartheid sert de toile de fond interchangeable à ce film de prison aussi peu politique que ses stéréotypes carcéraux sont prégnants. Flanqué du label " inspiré d'un...

L'apartheid sert de toile de fond interchangeable à ce film de prison aussi peu politique que ses stéréotypes carcéraux sont prégnants. Flanqué du label " inspiré d'une histoire vraie", Escape from Pretoria s'ouvre sur l'arrestation de deux blancs-becs opposés à la ségrégation raciale dans l'Afrique du Sud de la fin des années 70. La suite, platement mécanique, est entièrement comprise dans le titre d'un thriller au classicisme ronronnant émaillé de petits suspenses façon Prison Break du pauvre. C'est d'évidence l'efficacité, hélas toute relative, que vise cet objet de cinéma tellement peu inspiré que ses personnages évoquent de simples pions en deux dimensions se déplaçant dans le cadre comme des points lumineux sur un écran de veille.