En 2015, l'évasion spectaculaire de deux meurtriers, Richard Matt et David Sweat, ainsi que leur cavale infernale à travers le nord de l'État de New York, a passionné l'Amérique. Plutôt qu'une adaptation spectaculaire, Escape at Dannemora offre une vision froide, douloureuse, lente mais servie...

En 2015, l'évasion spectaculaire de deux meurtriers, Richard Matt et David Sweat, ainsi que leur cavale infernale à travers le nord de l'État de New York, a passionné l'Amérique. Plutôt qu'une adaptation spectaculaire, Escape at Dannemora offre une vision froide, douloureuse, lente mais servie par un casting de blockbuster: Matt (Benicio Del Toro) et David (Paul Dano), emprisonnés pour homicide, végètent dans un atelier dirigé par Tilly (Patricia Arquette récompensée par un Golden Globe). Cette femme white trash à la cinquantaine enfantine, mariée à un agent de maintenance du pénitencier, a visiblement du savon sous les semelles et ne demande qu'à glisser... ce sera dans les bras de David. Situation propice à un plan d'évasion, première étape vers une liberté en cul-de-sac. Derrière la caméra, Ben Stiller prend le temps de filmer le quotidien trivial de ses pensionnaires, de son gardien (David Morse), son organisation clinique soudainement bousculée par une course-poursuite qui, loin d'accélérer le tempo, nous plonge au coeur de la psyché de ses protagonistes, souligne le contraste entre un intérieur bruyant, oppressant et un extérieur vaste, vide et glacé. Stiller donne une version dramatique des événements, mais son portrait de Matt et David se détache d'une réalité des faits beaucoup plus violente.