Labo des nouvelles tendances vidéoludiques, l'Independant Games Festival prouve que le jeu vidéo trace aujourd'hui une nouvelle voie. Cette compétition organisée en marge de la Game Developers Conference rassemblait en effet à San Francisco une pléthore de titres soumis aux lois de la créativité plutôt qu'à celles du marché. Battant son propre record de participation cette année avec 850 projets en lice dans la compétition principale et 300 dans la catégorie étudiants, l'événement ancré au Moscone Convention Center dévoilait ses lauréats le 8 mars dernier...

Labo des nouvelles tendances vidéoludiques, l'Independant Games Festival prouve que le jeu vidéo trace aujourd'hui une nouvelle voie. Cette compétition organisée en marge de la Game Developers Conference rassemblait en effet à San Francisco une pléthore de titres soumis aux lois de la créativité plutôt qu'à celles du marché. Battant son propre record de participation cette année avec 850 projets en lice dans la compétition principale et 300 dans la catégorie étudiants, l'événement ancré au Moscone Convention Center dévoilait ses lauréats le 8 mars dernier. Remarqué il y a deux ans pour Today I Die, plongée aquatique toute en haïkus, l'Argentin Daniel Benmergui y a raflé un Nuovo Awards, trophée auréolant une production remettant radicalement en cause tout ce qui a déjà été fait en termes de gameplay. Inspiré du travail de l'auteur BD et essayiste américain Scott McCloud, Storytellerse profile sous la forme d'un puzzle game au fil de mini strips de trois à quatre cases. Au joueur de construire la bonne histoire en plaçant les personnages et éléments de décors dans les cases adéquates. Outre-Atlantique, l'équipe britannique de Thechineseroom remportait le prix de la meilleure réalisation visuelle pour son Dear Esther. Ce First Person Shooter naturaliste et contemplatif explore des grottes fluorescentes et des paysages insulaires battus par les vents. Guidée par une voix off, cette expérience narrative introspective louvoie avec talent entre amour fou, culpabilité et rédemption. Plus abstrait et métaphysique, Antichamberclignote avec un trophée en "excellence technique" pour son labyrinthe cubique à géométrie variable. Tapissée de couleurs psychotropes, cette exploration évoquant Cube (le film) joue sur des illusions d'optique et psychologiques pour égarer le joueur. Amanita Design, les créateurs de Samorost et surtout de Machinarium, ont eux été récompensés pour la bande originale de Botanicula. Planté sur un arbre, ce point'n'click demande de défendre des créatures aux yeux globuleux face à une menace d'insectes. Le tout au son de titres signés par DVA, groupe tchèque évoluant quelque part entre Röyksopp et Múm. Remarqué dans d'autres catégories, Way demande de dialoguer online via des gestes, Spelunky crée des nouveaux niveaux à chaque partie et Frozen Synapsedéroule de la stratégie au tour par tour dans un environnement évoquant Tron. Premier prix de l'IGF 2012, Fez ne surprend pas puisque Phil Fish, son auteur, traîne son concept de salons en forums spécialisés depuis quelques années déjà. Ce jeu de plateforme évoquant à certains égards Super Mario Bros 2 transcende la 2D. Evoluant dans un univers pixélisé et cubique en deux dimensions, le joueur peut en effet imprégner des rotations à chaque niveau biplan pour explorer l'envers du décor. Une idée franchement géniale qui a fait tourner les têtes à San Francisco... l WWW.IGF.COMMICHI-HIRO TAMAÏ