À part peut-être dans son glaçant one-shot de Noël White Christmas (2014), Black Mirror n'a jamais réitéré le double coup fumant des épisodes 2 et 3 de sa saison initiale (2011). Pire: depuis son passage sur Netflix, la création dystopique de Charlie Brooker se décline trop souvent en épisodes à thème calibrés pour un grand débat des familles façon Écran Témoin sur les hypothétiques dérives sociétales inhérentes aux récentes avancées technologiques. Beaucoup de développements laborieux et fort peu de vertige? Quelques mois à peine après un très faible épisode interactif, Bandersnatch, bourré d'impasses narratives, ...