"Live in Paris at Fondation Louis Vuitton"

L'un des grands disques de piano solo entendus depuis longtemps. Imaginez un Keith Jarrett débarrassé de son exhibitionnisme qui s'introduirait...

L'un des grands disques de piano solo entendus depuis longtemps. Imaginez un Keith Jarrett débarrassé de son exhibitionnisme qui s'introduirait, ici et là, dans la tête de Cecil Taylor (en fait, ce pianiste a existé, il s'appelait Paul Bley) et vous obtenez Elliot Galvin qui, bien que nous l'ayons déjà entendu avec sa formation, se révèle être, avec ce live, une redécouverte aussi totale qu'inattendue. Capté à Paris dans une acoustique parfaite et sur un instrument idéal, Galvin, parfois au bord du silence, peut soudainement se confronter en les enjambant aux obstacles les plus complexes avec un touché, une virtuosité et une musicalité confondantes. Chef-d'oeuvre, s'il en est.