Un leader en fauteuil roulant menant une bande de super-héros défaillants... Cela doit forcément vous rappeler quelque chose. Mais oui, les X-Men! Doom Patrol, comics créé en 1963 par Arnold Drake et Bob Haney, sortira pourtant quelques mois avant la fameuse série Marvel de Stan Lee, non sans ...

Un leader en fauteuil roulant menant une bande de super-héros défaillants... Cela doit forcément vous rappeler quelque chose. Mais oui, les X-Men! Doom Patrol, comics créé en 1963 par Arnold Drake et Bob Haney, sortira pourtant quelques mois avant la fameuse série Marvel de Stan Lee, non sans provoquer au passage quelques tensions entre leurs créateurs. Après avoir sacrifié tous ses membres dans un épisode culte de 1968, DC Comics finit par relancer la Doom Patrol en 1989, la mettant entre les mains du scénariste Grant Morrison, alors acclamé pour son récent Batman: Arkham Asylum. À l'occasion de la diffusion récente de l'adaptation en série télé Doom Patrol, c'est cette période du comics qu'Urban Comics traduit enfin en français. Au cerveau confiné dans un corps de métal de Robotman, Morrison adjoint Crazy Jane et ses 64 personnalités différentes, ou mixe Negative Man, le pilote d'élite irradié en plein vol et attifé comme l'homme invisible, avec une innocente docteure. Après un volume 1 étonnant où ces handicapés de la vie -voire handicapés tout court- tentaient d'en découdre avec une certaine Confrérie de Dada qui enfermait Paris dans un tableau, voici le volume 2, tout aussi érudit et fou: un coin de rue prend vie, la bicyclette d'Albert Hofmann, l'un des découvreurs du LSD, fait un caméo... Cela tombe bien, on se demandait justement ce que diable prenait Grant Morrison.