Voici un an que Donald Trump parade à la tête de la Maison-Blanche. Alors que le Président des États-Unis est censé incarner l'Amérique et ses citoyens, on en suppose quelques-uns qui, forcément, grincent des dents. Conce...

Voici un an que Donald Trump parade à la tête de la Maison-Blanche. Alors que le Président des États-Unis est censé incarner l'Amérique et ses citoyens, on en suppose quelques-uns qui, forcément, grincent des dents. Concernés, des psychiatres de tout le pays se sont octroyé le devoir d'alerter sénateurs et députés et de remettre en cause tant sa santé mentale que sa capacité à diriger la nation. Impulsif, immature, narcissique, paranoïaque, ignorant et menteur ne sont qu'une partie du florilège de mots doux que lui réserve la dissidence médicale. Pourtant, cet homme à la vision simpliste et binaire, affichant la mégalomanie et l'égocentrisme d'un enfant de cinq ans et dont l'aridité du désert lexical soulignée n'a rien à envier au Grand Canyon, ne semble sérieusement pas contrarier son électorat. Alors, folie ou ingénieux reflet de l'évolution d'une Amérique à deux niveaux? Ce débat, longuet mais tonifié par des médecins, des politiques et des journalistes, appréhende en filigrane les conséquences d'une telle régression sur la géopolitique mondiale.