Réalisateur d'immenses chefs-d'oeuvre crépusculaires comme Johnny Guitar ou Rebel Without a Cause, l'Américain Nicholas Ray s'est, à la fin de sa vie, lan...

Réalisateur d'immenses chefs-d'oeuvre crépusculaires comme Johnny Guitar ou Rebel Without a Cause, l'Américain Nicholas Ray s'est, à la fin de sa vie, lancé dans un étonnant projet expérimental, We Can't Go Home Again, en compagnie de ses étudiants universitaires d'alors. En 2011, soit plus de 30 ans après sa mort, sa veuve, Susan, signait un documentaire le présentant en gourou de cinéma frondeur et instinctif davantage intéressé par le processus créatif que par le résultat final de cette improbable oeuvre-testament. Avec son look de vieux forban des mers, celui pour qui le 7e art était avant tout " un mode de vie" s'y dévoile aussi bien dans ses géniales fulgurances que dans ses excès autodestructeurs.