"Don Dada Mixtape Vol. 1"

En ouverture, sur le titre Mitsubishi, Alpha Wann l'affirme: " Je fais pas de vues sur YouTube" -avant de "dédramatiser" (" Pas grave, les showcases c'est quand même 10 000"). Tricard des Internets, le rappeur, vraiment? Si c'est le cas, la situation est sans doute en train de changer tout doucement. Du moins à en croire les p...

En ouverture, sur le titre Mitsubishi, Alpha Wann l'affirme: " Je fais pas de vues sur YouTube" -avant de "dédramatiser" (" Pas grave, les showcases c'est quand même 10 000"). Tricard des Internets, le rappeur, vraiment? Si c'est le cas, la situation est sans doute en train de changer tout doucement. Du moins à en croire les premiers chiffres de streaming de la mixtape qu'il vient de sortir, autour de son label Don Dada. C'est que depuis la publication en 2018 de son premier album solo, Une main lave l'autre, classique instantané, le rappeur parisien a pris une nouvelle envergure. En roulant toujours en indé, loin des grosses machines lourdement marketées, mais en incarnant désormais un rap acrobate, "technique". Un rap de "puriste", diront certains (" Me mélanger? Comment ça?/Je suis fermé comme un sas", sur NY à fond), mais sans tomber pour autant dans le revival boom bap. Cette éthique (et esthétique), Alpha Wann la partage sur cette première carte de visite Don Dada. Le principal mérite de l'exercice est de réussir à jouer sur le côté délié propre au genre de la mixtape, sans rien céder de sa précision "allemande". La barre est placée haut, mais l'ambiance hospitalière, mélangeant nouvelles têtes (Ratu$, KAS), collègues confirmés (Kalash Criminel, Deen Burbigo, Freeze, Infinit') et superstars (Kaaris ou Nekfeu, particulièrement remonté). L'hôte du jour reste cependant bien le moteur principal de ce premier volume, ajoutant de nouvelles couleurs à sa palette ( Philly Flingo), tout en confirmant son souci d'exigence. " Qualité en guise de promo" , professe-t-il. On ne peut que confirmer.