"Book of Many"

S'il y a bien des Belges pour lesquels le terme "rock" semble périmé, c'est Dez Mona. Donc, on tente "lyrique" pour la façon dont Gregory Frateur porte la voix dans les hautes s...

S'il y a bien des Belges pour lesquels le terme "rock" semble périmé, c'est Dez Mona. Donc, on tente "lyrique" pour la façon dont Gregory Frateur porte la voix dans les hautes sphères, avec autant de sentiment que de technique. Ce dernier terme qualifie bien treize chansons d'une totale maîtrise, autant dans la prise de son -splendide- que dans les arrangements et la production finale. Les Anversois creusent toujours une veine arty-cabaret-musique sacrée, mais avec une densité qui impressionne, autant que les moments dépouillés. La pop n'est jamais très loin ( Poppies, Lament, High Up the Sky), et même le fantôme jazz de Jimmy Scott ( Blame), incluant l'accordéon de Roel Van Camp (DAAU), souffle d'émerveillement d'un album globalement impressionnant.