CONTRE-JOUR
...

CONTRE-JOUR DE THOMAS PYNCHON, ÉDITIONS POINTS (2006) TENEUR EN MATHS: **** Dans son roman somme de 1200 pages, le fou furieux Thomas Pynchon met en scène le destin d'une famille à la jonction des XIXe et XXe siècles. Pour faire court. Aimant à faire délirer son espace littéraire à coups de charges scientifiques, Pynchon nous propulse cette fois dans l'espace de Lobatchevski, modèle d'une géométrie à mille lieues du familier euclidien. Le conflit entre tenants des vecteurs et des quaternions (un type de nombres hypercomplexes) y apparaît comme un véritable sous-texte et une mêlée de mathématiciens y débat à plusieurs reprises des fonctions automorphes, entre 2 caméos d'arithméticiens célèbres... LA VIE MODE D'EMPLOI. ROMANS DE GEORGES PEREC, ÉDITIONS LE LIVRE DE POCHE (1978) TENEUR EN MATHS: *** L'Ouvroir de Littérature Potentielle (OULIPO), créé en 1960 par des mathématiciens et des littéraires en bonne entente, est sans doute l'une des plus éclatantes expressions d'une fusion réussie. Dans ses rangs, Georges Perec. Son roman La vie mode d'emploi retrace méthodiquement la vie d'un immeuble parisien entre 1875 et 1975. Sous les fondations romanesques, un principe mathématique tordu, le "grand bi-carré latin orthogonal d'ordre 10" (sic). L'auteur s'y inflige, à chaque chapitre, 21 paires de contraintes variées. Tout en maintenant le cap d'une vraie puissance littéraire. Mystère... LA FILLE SANS QUALITÉS DE JULIE ZEHÉDITIONS BABEL (2007) TENEUR EN MATHS: *** Certains romanciers ont vite compris les possibles implications psychologiques et romanesques de certaines postures scientifiques. Dans La fille sans qualités, l'Allemande Julie Zeh met en scène 2 adolescents cyniquement brillants, que leur intelligence prodigieuse place dans une sorte de nihilisme glacial. Se référant explicitement à la théorie du jeu ( Spieltrieb, titre original) et au dilemme du prisonnier du mathématicien Robert Axelrod, ils tentent de tester la prédictibilité du comportement humain. Et mettent en place à cet effet une machination implacable contre un professeur, entièrement dictée par l'ordre mathématique... Diabolique. TOUT ET PLUS ENCORE. UNE HISTOIRE COMPACTE DE L'INFINI DE DAVID FOSTER WALLACE, ÉDITIONS OLLENDORFF & DESSEINS (2003) TENEUR EN MATHS: ***** David Foster Wallace est sans doute l'un des écrivains les plus décisifs de ces 20 dernières années. Si l'homme excellait à truffer ses récits d'objets mathématiques, il a, avant de se donner la mort à 46 ans, fini par consacrer entièrement l'un de ses livres aux maths, en s'attaquant ni plus ni moins qu'à la notion d'infini, soit une exploration de l'abstraction mathématique et de ses 2500 ans d'Histoire. Essai iconoclaste et ludique, pastiche vulgarisateur de traités scientifiques à l'intelligence redoutable, Tout et plus encore est surtout l'une des voies de traverse que Wallace se choisit pour casser les mécanismes de sa propre écriture. LE DERNIER PROBLÈME DE CONAN DOYLE, ÉDITIONS FLAMMARION (1891) TENEUR EN MATHS: ** Etouffé par son personnage de Sherlock Holmes qui commençait à lui voler la célébrité, Conan Doyle s'est fait un plaisir de lui imaginer un ennemi de taille. En 1891, dans Le dernier problème, Doyle signe l'apparition du cerveau criminel le plus machiavélique jamais conçu en la personne du professeur Moriarty, mathématicien et penseur abstrait, auteur révéré de La Dynamique d'un astéroïde, " unlivre qui atteint aux cimes de la pure mathématique et dont on assure qu'il échappe à toute réfutation". Pour lui donner forme, il semble que Conan Doyle ait réalisé la monstrueuse synthèse mentale des mathématiciens et astronomes les plus brillants de son temps... YSALINE PARISIS