Quand Les Requins Marteaux ont lancé leur collection BDcul, le but était de proposer une bande dessinée porno réalisée par des auteurs underground dont ce n'était pas spécialement le créneau. Parallèlement, en hommage aux romans de gare Elvifrance des années 70 et 80, l'humour devait y être grivois et bas de plafond. Pour ce dernier point, la mission est accomplie: pages de ...