Georgia Anne Muldrow n'arrête jamais. Son nom et sa musique ont beau rester encore trop souvent confidentiels, la musicienne enchaîne les projets les uns après les autres. Au cours de ces quatre dernières années, elle a sorti pas moins d'un album par an, gonflant une discographie comptant aujourd'hui une vingtaine de disques depuis l'inaugural Olesi: Fragments of an Earth, publié sur l'enseigne Stones Throw Records, en 2006. Et on ne parle même pas de ses collaborations, de J Dilla à Robert Glasper en passant évidemment par Erykah Badu. Difficile à suivre? Cette hyperactivité tient pourtant m...

Georgia Anne Muldrow n'arrête jamais. Son nom et sa musique ont beau rester encore trop souvent confidentiels, la musicienne enchaîne les projets les uns après les autres. Au cours de ces quatre dernières années, elle a sorti pas moins d'un album par an, gonflant une discographie comptant aujourd'hui une vingtaine de disques depuis l'inaugural Olesi: Fragments of an Earth, publié sur l'enseigne Stones Throw Records, en 2006. Et on ne parle même pas de ses collaborations, de J Dilla à Robert Glasper en passant évidemment par Erykah Badu. Difficile à suivre? Cette hyperactivité tient pourtant moins de la boulimie que de la quête, à la fois spirituelle, politique et musicale -ces différents éléments étant toujours intimement liés chez Muldrow. Avec la série VWETO, dont elle publie aujourd'hui un troisième volume, cette recherche prend la forme d'une musique essentiellement instrumentale -Shana Jensen (sur Shana's Back) et Ayun Bassa ( Ayun Vegas) sont les deux seuls invités d'un disque sinon entièrement composé, joué, enregistré, mixé et masterisé par la maîtresse de cérémonie. L'idée est celle d'une beat tape, mais avec une consistance et une épaisseur qui la distingueraient du simple tapis sonore, nourrissant son groove à diverses sources: soul, hip-hop, funk, r'n'b, rock et, surtout, jazz. L'an dernier, l'omnimusicienne basée à Los Angeles avait sorti l'excellent Mama, You Can Bet!, sous le pseudo de Jyoti. C'est aussi le nom spirituel que lui avait donné Alice Coltrane, une amie de la famille. Georgia Anne Muldrow a toujours baigné dans la musique. Son père, Ronald Muldrow, guitariste, a longtemps accompagné Eddie Harris, tandis que sa mère Rickie Byars Beckwith a chanté aux côtés de Pharoah Sanders et du pianiste Roland Hanna. De ce background jazz, Georgia Anne s'est abondamment nourrie. Elle avait même imaginé suivre la trace de ses parents jusqu'à ce qu'elle rencontre les machines - "les seules susceptibles de l'écouter sans tenir compte de son genre ou de sa couleur de peau", racontait-elle récemment dans une interview au New York Times. Elles sont naturellement au coeur de VWETO III, se mêlant aux instruments pour imaginer un groove particulièrement capiteux. En kikongo, le mot "vweto" signifie "gravité". Moins dans le sens de "sérieux" que de "force de pesanteur". Celle qui maintient au sol. Voire qui paralyse. "VWETO III, insiste ainsi Muldrow, a été pensé pour le mouvement." Comme un disque post-confinement, "à jouer quand vous remettez le nez dehors, après une longue période d'introspection, nécessaire pour régler les choses que vous deviez régler." De l'ouverture très J-Dillesque de Old Jack Swings au beat imparable de Love Call Groove en passant par le psychédélisme de Grungepiece ou l'électro-funk vicieux d' Action Groove, VWETO III est la bande-son du film dont vous seriez "votre propre super-héros", explique encore son autrice. Vers l'infini et au-delà!