La famille de Sayed Kashua fait partie de ces Arabes restés sur le territoire après al-Nakbah ("le désastre", en l'occurrence l'exode de 700 000 Palestiniens) en 1948, et cette minorité se situe toujours entre deux chaises: pas Juifs mais parlant l'hébreu, et soupçonnés par les Palestiniens de pactiser avec l'ennemi.
...