"Pingouin"

Cela commence par un country hawaïen débonnaire dans ses simples mots ( Les Lunettes) et cela se termine par une pièce de résistance axée sur le vibrato du chant, cri primal digérant nos (dés)illusions (...

Cela commence par un country hawaïen débonnaire dans ses simples mots ( Les Lunettes) et cela se termine par une pièce de résistance axée sur le vibrato du chant, cri primal digérant nos (dés)illusions ( Le Ventre). Entre les deux, dix titres aux textes toujours explorateurs. Comme une écriture automatique à vitesse variable, d'une étourdissante logorrhée ( Terril), parfois convoquée dans l'humour faussement désuet: " J'suis un hareng/Et je marine/C't'un peu navrant/Ma p'tite piscine" ( Rollmops). Si Hélin réussit aussi bien son sixième album, c'est aussi par le travail de ses deux comparses multi-instrumentistes, Louis Evrard et Gil Mortio. Ce dernier, qui compose les musiques, mixe et produit l'ensemble, trouve la voie exacte pour ces morceaux, ballades ou pas, garnis de choeurs de première fraîcheur mais aussi d'une panoplie d'instrus, dont des " synthés goûtus". De quoi nourrir le carburant textuel du chanteur, sans graisse inutile ou même biopop feignasse.