Zoom sur la création chorégraphique bruxelloise avec le D Festival, sept spectacles, formes courtes et longues. La 7e édition est axée sur "l'humain" et les rapports que ces artistes entretiennent avec lui. On y découvrira, donc, Odium de Sara Sampelayo et sa question "quelleviolence peut encor...

Zoom sur la création chorégraphique bruxelloise avec le D Festival, sept spectacles, formes courtes et longues. La 7e édition est axée sur "l'humain" et les rapports que ces artistes entretiennent avec lui. On y découvrira, donc, Odium de Sara Sampelayo et sa question "quelleviolence peut encore nous choquer?": deux danseurs et "un kaléidoscope des images violentes de notre quotidien". Mais aussi Le Terrier de Florencia Demestri et Samuel Lefeuvre, où cinq interprètes s'explorent dans "une poétique torve de visions/sensations". Karine Ponties crée pour sa part La Peau de l'ombre, dialogue absurde sur "l'inadaptation humaine au réel" à travers "deux corps confondus, dans un perpétuel besoin de chavirer hors de soi". Dans Eymen, la trapéziste Elodie Doñaque (avec Fabian Fiorini au piano) s'épuise dans les airs dans une performance... "pour la paix"! Il sera aussi question du duo danse/piano dans Récital de Fannie Falk, sur une composition électro de Gilles Gobert et une installation vidéo "nature" d'Inger Elisabeth Gleditsch. Sans oublier le primé Rushing Stillness de Marielle Morales: une danse de gestes hypnotique s'enfonçant dans un espace-temps déboussolé, et l'ovni So You Can Feel de Pieter Ampe "en divinité dansante, dans sa barbe hirsute, fragilité, forfanterie et flirt oculaire'". Beau programme... Du 30/05 au 19/06 au Théâtre Marni, au Théâtre les Tanneurs et au Senghor à Bruxelles. www.theatremarni.be, www.lestanneurs.be, www.senghor.be N.A.