Manou arrive la première en Thalys de Bruxelles, intimidée à l'idée de se retrouver nez à nez avec Papa Wemba. Lui, c'est Fela sans la politique, James Brown sans l'Amérique, Caruso sans les pâtes, l'incarnation d'un pays qui ne fanera jamais. Chanteur exceptionnel et pionnier de la world, le rossignol du Kasaï débarque donc en voisin parisien, jogging vert et jaune criard, siglé Yamamoto. A 61 ans et une vie qui vaut bien quelques romans, le Sapeur (1) impressionne Manou, bientôt 38 ans, frimousse chocolatée perpétuellement fendue d'un sourire XXL. Ambitieuse, l'Ivoirienne de Bruxelles découverte chez Zap Mama mène sa barque -et sa basse- via un troisième album solo délaissant les soupçons de virtuosité pour une afro-pop goûteuse. Le meeting entre les 2 générations a lieu à un mois de Couleur Café 2010 qui fête l'indépendance de 17 pays du continent black.
...