Cuba change. Lentement. Mais sûrement. Il y a un mois, Miguel Diaz-Canel devenait ainsi le nouveau président de l'île, successeur des frères Castro (Fidel et Raúl), au pouvoir pendant près de 60 ans. Certes, l'intéressé a déjà fait comprendre que ce n'est pas lui qui dilapiderait l'héritage de la Révolution cubaine. En outre, Raúl Castro reste premier secrétaire du Parti communiste (dont il ne cédera les rênes q...

Cuba change. Lentement. Mais sûrement. Il y a un mois, Miguel Diaz-Canel devenait ainsi le nouveau président de l'île, successeur des frères Castro (Fidel et Raúl), au pouvoir pendant près de 60 ans. Certes, l'intéressé a déjà fait comprendre que ce n'est pas lui qui dilapiderait l'héritage de la Révolution cubaine. En outre, Raúl Castro reste premier secrétaire du Parti communiste (dont il ne cédera les rênes qu'en 2021). Mais les réformes sont bien en cours. Une nouvelle ouverture qui change petit à petit le visage de l'île. Cette transition, c'est un peu ce que raconte un événement comme Cubalandz. Organisé au Bozar pour la deuxième année consécutive, le 18 mai prochain, le mini-festival est drivé par l'asbl Camarote, "destinée à la diffusion de la culture des pays d'Amérique latine, de la Péninsule Ibérique et de la Caraïbe en Belgique". En l'occurrence, il s'agira ici d'évoquer Cuba au-delà des clichés, terre de métissage "mêlant cultures européennes, africaines, américaines et asiatiques", en offrant un espace à ses artistes urbains contemporains. Le Bozar accueillera, par exemple, dans ses murs plusieurs oeuvres de l'artiste-plasticien Janler Méndez Castillo, ainsi que des planches originales de trois dessinateurs de la nouvelle vague BD cubaine, Izquierdo, Pomares et Pruna. Il y aura également de la danse avec Yelda Leyva, diplômée de l'École Nationale de Danse de La Havane, qui s'intéresse autant à la danse folklorique qu'à son expression plus contemporaine. Naturellement, la musique occupera une place centrale dans le déroulement de la soirée. Avec par exemple le concert du guitariste Pucho Diaz, basé à Bruxelles depuis plusieurs années, ou celui de la formation Bao. Dans un registre plus urbain, DJ Jigüe, "l'un des grands noms de la scène hip-hop cubaine contemporaine" sera également présent, ainsi que le collectif Hape. Formé en 2016, ce dernier se chargera du feu d'artifice musical final, en mixant production électronique et expressions cubaines plus traditionnelles. Forcément caliente!