Du genre coriace, le Soft Insect Skill Robot de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) donnera des cauchemars aux robophobes et aux insectophobes. Ce nano robot aux airs de ...

Du genre coriace, le Soft Insect Skill Robot de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) donnera des cauchemars aux robophobes et aux insectophobes. Ce nano robot aux airs de cafard en plastique résiste en effet aux coups de tapette répétés. Également insensible aux chutes, la blatte trace sa route en toute indépendance, via un marqueur au sol. Le tout grâce à un microcontrôleur et à une batterie à très faible voltage activant des muscles artificiels spéciaux. Ces "actionneurs élastomères diélectriques" (DE) qui se présentent sous la forme de condensateurs électriques souples en polymères activent trois pattes et autant de muscles indépendants. Cadence? 400 battements par seconde pour avancer, reculer et escalader des surfaces. Les chercheurs de l'EPFL annoncent enfin qu'un module de communication organisant ces cafards en essaim est actuellement à l'étude. Plus on est de fous...