"Pays vaincus"

Selon certaines sources, les onze morceaux de Pays vaincus seraient l'oeuvre d'un navigateur-corsaire anonyme, coincé du côté de Tahiti, et qui aurai...

Selon certaines sources, les onze morceaux de Pays vaincus seraient l'oeuvre d'un navigateur-corsaire anonyme, coincé du côté de Tahiti, et qui aurait trompé la solitude en mettant ses errances en musique. Plus pragmatiquement, Corte Real est d'abord un sextet folk, formé du côté de Versailles, par le chanteur Tanguy de Nomazy (qui semble toutefois vraiment travailler dans la marine). Le groupe sort un premier album qui aime musarder, traînant joliment son spleen solaire sur des trames acoustiques, détachant patiemment chaque syllabe de ses poésies langoureuses ( Opium). N'hésitant pas à reprendre Ferré ( Chanson triste), Corte Real déplie ainsi son vague à l'âme ( Yamoussoukro) avec une élégance rare.