"English Rose"

En proposant dès l'entame de reprendre l' English Rose de The Jam à sa sauce, Connie Constance pose directement les enjeux de son premier album. Notamment celui de raconter ce que c'est d'être une jeune femme, a fortiori métisse, dans l'Angleterre de 2019. On ne voudrait pas tout passer systématiquement par le filtre du Brexit, mais force est de constater que de plus en plus de disques made in UK questionnent l'identité britannique au moment où celle-ci apparaît particulièrement déchirée. Mâchonnant un accent réjouissant, Connie Constance évoque ces divisions et ces atermoiements. Elle le fait, en passant ses inclinations r'n'b' ( Bad Vibes), ska ( I Want Out) et jazz ( Grey Area) par un filtre indie-brit-pop qui, sans rien révolutionner, se révèle particulièrement attachant.

Distribué par Caroline. Le 29/04 aux Nuits Bota, Bruxelles.

7