La musique dématérialisée raie en profondeur l'industrie du disque mais booste les dates de concerts. Rien ne se perd, rien ne se crée et tout se transforme? Pas si sûr. Si des artistes méconnus du grand public alignent comme jamais auparavant des sold out sur les planches de salles à programmation indé, la déception pointe souvent au bout du ticket (voir Das Racist ou Twin Shadow cette année). Aidé par un écosystème permettant d'écouter un album et de lire sa ...

La musique dématérialisée raie en profondeur l'industrie du disque mais booste les dates de concerts. Rien ne se perd, rien ne se crée et tout se transforme? Pas si sûr. Si des artistes méconnus du grand public alignent comme jamais auparavant des sold out sur les planches de salles à programmation indé, la déception pointe souvent au bout du ticket (voir Das Racist ou Twin Shadow cette année). Aidé par un écosystème permettant d'écouter un album et de lire sa chronique avant même que la machine promotionnelle ne s'emballe, des groupes tournent outre-Atlantique sur la seule foi d'un travail studio léché dont le versant live ne tient pas la comparaison. La case du rodage sur scène locale semble zappée. Certes, la règle n'est pas absolue comme en témoignent les débuts des Dirty Projectors croisés au Haunted Folklore de Recyclart il y a 3 ans. Mais combien de déceptions IRL (In Real Life) après un clic sur MySpace? De bonne foi et bien pensée, l'application que l'Ancienne Belgique vient de sortir sur iPhone et Android risque d'appuyer ce phénomène et celui des guichets indés fermés par le Net. Gratuite, celle-ci permet sans surprise de consulter l'agenda des concerts dans un format adapté au smartphone et de balancer d'un seul mouvement de l'index des dates par mail. Sans oublier Facebook et Twitter bien entendu. Le jour J, on chècke in son arrivée via Foursquare. Lisant aussi les vidéos AB TV, l'Apps se présente comme une version mobile du site Web de la salle bruxelloise. Mais tire également parti du smartphone avec doigté puisqu'elle alerte automatiquement des infos à propos d'un concert donné. Vital en cas d'annulation. Capable d'afficher en direct le niveau sonore des 2 salles et d'indiquer le chemin GPS à suivre via Google Maps, l'application est la première du genre pour une salle de concert belge. Pas la dernière, puisque les plus gros festivals rocks belges sont déjà sur le coup, à l'image de Werchter, de Dour et du Pukkelpop. Privilège des concerts indés il y a encore quelques années, la spontanéité d'un concert de dernière minute n'est plus envisageable aujourd'hui. Prévoir. Calculer. Avoir au minimum un pote disquaire ou geek qui reste collé à ses flux RSS. Bienvenue dans l'ère des concerts 2.0! INFOS: L'APPLICATION ANCIENNE BELGIQUE, À TÉLÉCHARGER SUR HTTP://TINYURL.COM/3FN5NTD (IPHONE) ET SUR HTTP://TINYURL.COM/3LVUS9L (SMARTPHONE ANDROID). MICHI-HIRO TAMAÏ