"Happy people have no stories." L'adage est connu, et ne s'est jamais autant vérifié, semble-t-il, que dans la création cinématographique et télévisuelle contemporaine. En particulier aux Etats-Unis. Car si les gens heureux n'ont pas d'histoires, les spasmes, nombreux et violents, qui ont agité l'Amérique au cours de ces dernières décennies lui ont donné matière à en raconter des flopées. De la Seconde Guerre mondiale au conflit irakien en passant par la crise de Cuba, l'assassinat de Kennedy, le bourbier vietnamien, le Guerre du Golfe et autres attentats du 11 septe...