Assurément l'événement cinéphile de cette fin d'année! L'art infiniment sublime de Kenji Mizoguchi (lire le dossier page 44) résumé en huit films majeurs des années 50: Miss Oyu, Les Contes de la lune vague après la pluie, Les Musiciens de Gion, L'Intendant Sansho, Une femme dont on parle, Les Amants crucifiés, L'Impératrice Yang Kwei-Fei et La Rue de la honte. On y retrouve le style admirable du cinéaste japonais, son souci de la condition féminine et sa palette d'émotions profondes. Indispensable.

Distribué par Capricci. Prix: environ 85 euros.