Le rendez-vous est fixé au Wasbar, endroit cool et branché de Gand, qui fait à la fois bar et wasserette. Attablée à côté d'une machine à laver, sirotant un chocolat chaud, la jeune femme est penchée sur son smartphone. "J'avais peur qu'on se loupe, du coup je regardais sur Google si je ne trouvais pas une photo."Coely, digital native...
...

Le rendez-vous est fixé au Wasbar, endroit cool et branché de Gand, qui fait à la fois bar et wasserette. Attablée à côté d'une machine à laver, sirotant un chocolat chaud, la jeune femme est penchée sur son smartphone. "J'avais peur qu'on se loupe, du coup je regardais sur Google si je ne trouvais pas une photo."Coely, digital native... Poids plume, jambes ultrafines de rainette, elle a la voix et l'enthousiasme de ses tout juste 20 ans. Et des étoiles plein les yeux. Tout au long de la discussion, elle semble toujours ne pas en revenir: depuis son premier single Ain't Chasing Pavements il y a près de deux ans, Coely Mbueno a vu se concrétiser l'à peine pensable, une carrière dans la musique, des clips à la télé/YouTube, des concerts un peu partout -sur la scène de Couleur Café ("la veille, je recevais mon diplôme de fin d'études secondaires. Un souvenir incroyable") ou en première partie de Snoop Dogg ou Kendrick Lamar. "She's bright, she's talented, she's the future": la sentence est signée Vincent Kompany, fan de la première heure -le capitaine des Diables rouges lui a même envoyé des billets d'avion pour assister à un match de son club de Manchester City. Si cela se confirme, le succès de Coely serait aussi une grande première, la réalisation d'une idée encore inédite en Belgique: celle d'une star r'n'b... L'histoire démarre à Anvers. Et plus tôt encore, du côté du Congo-RDC: les racines, la famille -même si Coely n'a jamais mis les pieds sur le continent africain. Ici, il y a la maman et ses trois enfants: Coely l'aînée, et ses deux frères. La musique? Cela se passe d'abord le dimanche, à l'église. "Ma mère a même dirigé une chorale pendant plusieurs années. Nous sommes des kimbanguistes (mouvement chrétien congolais fondé en 1921 par Simon Kimbangu, prédicateur indépendantiste que les autorités coloniales condamneront à mort, avant de l'envoyer en prison où il finira ses jours, ndlr)." A côté des chants religieux, il y a la "musique du pays" -la rumba congolaise, le ndombolo,...- sur laquelle tout le monde danse lors des mariages: "Werrason, Koffi Olomide, Papa Wemba, Fally évidemment... Quand ça passe, tu ne peux pas t'empêcher de bouger, c'est normal." Et puis, évidemment, il y a MTV, le rap américain et les tubes r'n'b. Alors Coely chante le matin, le midi, le soir. Dans la rue, à l'école, en faisant la vaisselle. Quand elle doit changer d'école pour cause de déménagement, sa directrice lui conseille De Musica, enseignement communal branché artistique où elle passe ses 4e, 5e et 6e primaires. "Quand j'y repense, c'est bizarre. Je me rends compte que la musique a toujours été là." En secondaire, pareil, s'inscrivant à tous les spectacles de fin d'années, les concours de danse, de chant, en mode High School Musical. Plus loin, elle glisse hilare, en anglais dans le texte: "It's like you're living in America. But you're in Belgium!" Tiens, et le racisme, dans une ville où le Vlaams Belang a longtemps scoré? "Honnêtement, je n'en ai jamais souffert personnellement..."Aujourd'hui, Coely cite volontiers les influences de Lauryn Hill et Erykah Badu, icônes d'une soul féminine adulte. Pourtant, quand elle se fait repérer un jour, dans la maison des jeunes où elle a ses habitudes dans le quartier de Sint-Andries, c'est grâce à sa reprise d'un morceau de Nicki Minaj, Moment 4 Life. "Je n'avais jamais rappé avant ça! Tout le monde me poussait à essayer. Alors je me suis lancée. Au début un peu timidement, puis petit à petit j'ai laissé tout remonter. Tout est sorti en un coup, comme un coup de colère. A la fin, tout le monde me regardait avec des grands yeux." Parmi eux, Niels Van Malderen (Niz), qui anime le workshop hip hop, et qui deviendra son manager/producteur avec Filip Korte (Nasta). La suite est connue. Ain't Chasing Pavements rentre directement sur la toute-puissante Studio Brussel. Plus proche d'une MC Lyte 2.0 que, au hasard, d'Azealia Banks, Coely y alterne rap au taquet et refrain r'n'b évident. Depuis, le phénomène a pris de l'ampleur. Mais sans presser le pas. Un premier EP a vu le jour, et le récent single My Tomorrow confirme la marge de progression d'une ado devenue aujourd'hui adulte. "La suite? Honnêtement, on ne sait pas encore. Le but est de s'amuser, faire de la musique ensemble et voir ce qui se passe." Cool Coely. COELY, MY TOMORROW, BEATVILLE. COELY SERA NOTAMMENT EN CONCERT LE 21/05, À LA NUIT BELGE DES NUITS BOTA. RENCONTRE Laurent Hoebrechts PHOTO Noah Dodson