"Mother"

Un an après son premier album, Rose In The Dark, Cleo Sol est déjà de retour avec Mother. Une manière de rattraper le temps pour une chanteuse qui, après des débuts frustrants au début des années 2010, avait pris ses distances avec l'industrie musicale? C'est Inflo qui l'a remise sur les rails. Sans surprise, on retrouve le producteur londo...

Un an après son premier album, Rose In The Dark, Cleo Sol est déjà de retour avec Mother. Une manière de rattraper le temps pour une chanteuse qui, après des débuts frustrants au début des années 2010, avait pris ses distances avec l'industrie musicale? C'est Inflo qui l'a remise sur les rails. Sans surprise, on retrouve le producteur londonien aux manettes. Mother est une nouvelle preuve de la productivité intense du binôme, également impliqué dans SAULT. Pour rappel, l'énigmatique formation soul londonienne a enchaîné pas moins de cinq albums ces deux dernières années (!), tous invariablement épatants. Dernièrement, Inflo a trouvé encore le temps d'intervenir sur le nouvel album d'Adele. D'une certaine manière, même s'il partage pas mal de préoccupations, Mother est à l'exact opposé de 30. Là où le come-back de la superstar appuie sur les effets dramatiques, la soul/r'n'b de Cleo Sol est plus intimiste. D'une douceur absolue, la musique de Mother est une caresse réconfortante. Tout ici est délicat et limpide, rappelant le songwriting seventies bienveillant d'une Carole King. On comprend pourtant que l'écrin soul abrite des questionnements personnels parfois douloureux. "We were kids under the sheets", explique ainsi Cleo Sol, se souvenant d'un foyer familial violent ( Don't Let Me Fall). Comme le suggère le titre de l'album, la relation, parfois compliquée, avec sa mère est au centre du propos. Elle est mise en perspective avec le fait qu'elle est elle-même devenue mère, en juin dernier. D'où un album qui remue les douleurs et les frustrations, mais sans jamais abandonner l'espoir, à l'image des huit minutes apaisées de One Day. Sublime.