Il y a quarante ans, le 11 mars 1978, Claude François s'électrocutait mortellement en voulant redresser, maniaque qu'il était, l'applique électrique murale au-dessus de sa baignoire. On avait déjà eu droit l'an dernier à un docu sur Cloclo de Daisy D'Errata et...

Il y a quarante ans, le 11 mars 1978, Claude François s'électrocutait mortellement en voulant redresser, maniaque qu'il était, l'applique électrique murale au-dessus de sa baignoire. On avait déjà eu droit l'an dernier à un docu sur Cloclo de Daisy D'Errata et de Karl Zero. Si L'Ombre au tableau reposait sur les témoignages de Dani, d'Alain Chamfort ou encore de Yann Moix ( Podium), La Revanche du mal aimé tire le portrait du bonhomme avec des images d'archives et exclusivement des extraits de ses propres interviews. Sans édulcorer, il dépeint Cloclo l'Égyptien, le Monégasque, l'idole des jeunes et le stakhanoviste solitaire qui n'obtiendra jamais la reconnaissance de ses pairs. Remontant le fil de sa vie, il évoque les relations difficiles avec son père qui ne lui pardonnera jamais son métier de saltimbanque. Son épouse qui se casse avec Bécaud. Et l'affamé de sexe qui abuse de son pouvoir. Chaumont et Portes signent une biographie fouillée, bien ficelée et extrêmement musicale (les extraits de concerts et de passages télé sont longs et nombreux) pour refléter au plus près l'une des plus grandes stars de la chanson française en même temps que l'homme d'affaires assoiffé de puissance et d'amour. Mégalo, capricieux et dépensier.