"8: Kindred Spirits, Live from The Lobero"

Le chiffre 8 représente le nombre de décennies atteintes au printemps 2018 par Charles Lloyd, géant du saxophone aussi insubmersible que le jazz libre dont il est (avec Pharoah Sanders) la dernière figure historique en activité. Sans en avoir l'air, le vieux sage fait...

Le chiffre 8 représente le nombre de décennies atteintes au printemps 2018 par Charles Lloyd, géant du saxophone aussi insubmersible que le jazz libre dont il est (avec Pharoah Sanders) la dernière figure historique en activité. Sans en avoir l'air, le vieux sage fait encore des siennes dans un album où il traverse la majeure partie de l'histoire du jazz moderne dans lequel il fit, à la fin des années 50 et aux côtés de Chico Hamilton, ses débuts. Volant depuis 1963 de ses propres ailes, il inventera à son seul usage un free bop modal qui, selon les époques, fut plus bop ou plus free et dont il nous offre, avec cet album, une épure enivrante. Le concert débute par la composition sans doute la plus emblématique de sa carrière, Dream Weaver qu'il traverse, pendant 21 minutes, comme un rêve éveillé. Lui succéderont Requiem, La Llorona et la dernière partie des Ruminations. Magnifiquement entouré par Eric Harland (batterie), Reuben Rogers (basse), Julian Lage (guitare) et Gerald Clayton (piano), Lloyd nous offre, avec cet album anniversaire, une merveille à la profondeur abyssale. Seule faute de goût, le DVD du concert, filmé et monté de façon caricaturale, avec effets psychédéliques et images kaléidoscopiques, liée à une époque qui, dans ce domaine, est heureusement révolue.