Du 24/09 au 14/10 à Charleroi.
...

Du 24/09 au 14/10 à Charleroi. Programmée pour la première fois par sa nouvelle directrice Annie Bozzini, la Biennale de Charleroi Danse 2017 sera à la fois très historique et très contemporaine, très belge et très internationale. L'affiche puise dans le passé légendaire de la danse, avec la reconstitution par Dominique Brun de deux pièces de Vaslav Nijinski: L'Après-midi d'un faune (créé en 1912), la première chorégraphie de Nijinski, faisant scandale à cause de sa grande sensualité et de son langage révolutionnaire inspiré par les figures des vases de la Grèce antique, et Jeux (1913), tous deux sur la musique de Claude Debussy. D'Histoire il sera aussi question avec deux reprises par le Ballet de l'Opéra de Lyon: The Second Detail du pionnier William Forsythe (1991) et Dance de Lucinda Childs (1979), sur la musique de Philip Glass et un dispositif filmique du plasticien Sol LeWitt. La danse urbaine s'invite à la Biennale par l'intermédiaire du collectif (La) Horde, qui donnera la première européenne de To Da Bone, inspiré par les mouvements bondissants et ultra rapides du Jumpstyle, et par le style particulier du chorégraphe d'origine sénégalaise formé au hip-hop Amala Dianor pour Quelque part au milieu de l'infini. Au rayon international, on pointe l'incroyable Portugaise Marlene Monteiro Freitas (Jaguar), la Chinoise Wen Hui (Red) ou encore l'Italien basé à Amsterdam Michele Rizzo (Higher). Avec en ouverture la première belge de Thérians, de la résidente Louise Vanneste, et une installation de Thierry De Mey (Shelter) visible pendant toute la durée de la Biennale au Quai10. E.S.