"Contrairement à beaucoup de cinéastes qui ne filment que les pauvres, un milieu qu'en général ils ne connaissent pas, lui filmait le milieu qu'il connaissait", dit de lui l'historien du cinéma Pascal Mérigeau. Cinquante-huit films en 50 ans. Chefs-d'oeuvre, commandes et navets. Claude Chabrol fut à la fois figure de la Nouvelle Vague et auteur populaire. Peut-être, sans doute, parce qu'avec humour et cruauté, il tirait à vue sur les puissants, les arrogants, les bien-pensants et les cons. "Tourner quoi qu'il en coûte. Tourner pour défier son unique peur. Celle de la mort." Lui qui a failli ne jamais connaître la vie, ses parents ayant manqué de mourir d'asphyxie alors que sa mère était enceinte, les médecins conseillant même l'avortement. La réalisatrice de Chabrol, l'anticonformiste connaît bien son sujet: elle a fait partie de ses techniciens pendant 25 ans et n'est autre que sa belle-fille. Monique Pinçon-Charlot, Michel Piccoli, Benoît Delépine, François Cluzet ou encore Isabelle Huppert pimentent de leurs commentaires ce docu rythmé par des extraits de films ( Betty, Les Fantômes du chapelier, Les Noces rouges, Que la bête meure, Les Bonnes Femmes, Masques, La Cérémonie...), des photos noir et blanc et des bouts d'interview... Familial et savoureux.

Documentaire de Cécile Maistre-Chabrol.

7