"Not Your Muse"

L'Angleterre a toujours eu le chic pour dégoter des grandes voix soul, souvent spectaculaires. Le dernier exemple en date est sans aucun doute Celeste. Cela fait un moment que la jeune femme est sur les radars. En janvier 2020, elle remportait le "BBC Sound of", censé repérer les stars ...

L'Angleterre a toujours eu le chic pour dégoter des grandes voix soul, souvent spectaculaires. Le dernier exemple en date est sans aucun doute Celeste. Cela fait un moment que la jeune femme est sur les radars. En janvier 2020, elle remportait le "BBC Sound of", censé repérer les stars en devenir. La lauréate expliquait alors " être impatiente de voir ce que l'année [lui] réserverait" -le Covid n'était encore qu'une réalité lointaine... Ce n'est toutefois pas un virus qui devrait stopper l'ascension de la chanteuse. Née Celeste Epiphany Waite, en 1994, d'une mère anglaise et d'un père jamaïcain, elle a passé ses trois premières années en Californie avant de revenir s'installer dans la campagne britannique. D'où une version à la fois classique et racée de la UK soul, mais qui n'a pas peur non plus des grands effets spectaculaires hollywoodiens. Au jeu des références, il ne serait ainsi pas scandaleux de citer les modèles Amy Winehouse ( Love Is Back) et Adele (le tube Stop This Flame). Soit encore et toujours l'alpha et l'oméga de la pop mainstream britannique, quasi un passage obligé dont Celeste s'acquitte avec les honneurs. Heureusement, la jeune femme réussit aussi à s'octroyer sa propre marge de liberté, émouvante dans le dépouillement (les violons de A Kiss, la confession de Ideal Woman), bluffante même sur le foisonnant Tell Me Something I Don't Know ou la rêverie jazzy de Beloved.