"Rhythm and Paranoia: The Best of Bush Tetras"

L'Histoire de la musique a une fâcheuse tendance à oublier les femmes. Les Bush Tetras sont ainsi tout bonnement absentes du Dictionnaire du rock édité il y a 20 ans en France sous la direction de Michka Assayas. Les Bush Tetras sont un groupe de no wave et de post-punk new-yorkais majoritairement féminin q...

L'Histoire de la musique a une fâcheuse tendance à oublier les femmes. Les Bush Tetras sont ainsi tout bonnement absentes du Dictionnaire du rock édité il y a 20 ans en France sous la direction de Michka Assayas. Les Bush Tetras sont un groupe de no wave et de post-punk new-yorkais majoritairement féminin qui, s'il n'a pas rencontré les joies du mainstream, marqua la scène club de Manhattan et les college radios au début des années 80. En 1977, Pat Place débarque dans la Grosse Pomme alors bien vérolée en provenance de son Ohio natal et rejoint à la guitare les Contortions de James Chance. Deux ans plus tard, embarquant avec elle, comme bassiste, leur roadie Laura Kennedy, et le batteur Dee Pop avant qu'il ne rejoigne le Gun Club (il est décédé le 9 octobre dernier), l'Américaine assemble une première version des Bush Tetras et jette les bases d'une carrière marquante et expéditive. Tout est relatif. Les Bush Tetras ont eu plusieurs vies et n'ont jamais caracolé en tête des charts. Rhythm and Paranoia pioche dans toute leur discographie. Des premiers singles ( Too Many Creeps, Things That Go Boom in the Night) à leur dernier album, Happy, paru en 2012 mais enregistré dès 2005, en passant par leur EP Rituals produit par Topper Headon (le batteur de The Clash), ce best of est une plongée dans la grande marmite no wave et post-punk. Une compilation à ranger, même si la suite de leur carrière est moins intéressante, à côté des disques d'ESG, de Liquid Liquid, de Pylon et des Slits...