"Billy Nomates"

Elle a des allures de Courtney Barnett anglaise. Tor Maries, nom de scène Billy Nomates, est originaire de Leicester, la ville de naissance de Gary Lineker, de Stephen Frears et, en 1862, de Joseph Merrick, plus connu sous le nom d'Elephant Man. Billy Nomates, qui a appris le violon en écoutant les Waterboys, a végété durant l...

Elle a des allures de Courtney Barnett anglaise. Tor Maries, nom de scène Billy Nomates, est originaire de Leicester, la ville de naissance de Gary Lineker, de Stephen Frears et, en 1862, de Joseph Merrick, plus connu sous le nom d'Elephant Man. Billy Nomates, qui a appris le violon en écoutant les Waterboys, a végété durant la vingtaine dans quelques groupes sans avenir mais a, selon la légende, repris goût à la musique en voyant Sleaford Mods en concert après une dépression. Elle s'est installée avec son laptop chez elle, à Bournemouth, et a commencé à écrire des chansons. Nomates n'a pas seulement convaincu Jason Williamson de venir éructer sur un extrait de son disque ( Supermarket Sweep). Elle l'a fait mixer par Geoff Barrow de Portishead et le sort d'ailleurs sur son label Invada Records. " Dans un monde d'hommes du oui, je serai une femme du non, merci", déclarait il y a quelques mois la jeune femme au New Musical Express. No, c'est le titre de son morceau le plus écouté sur YouTube et Spotify. Un manifeste féministe. La première chanson (au beat sleaford modien) qu'elle a enregistrée toute seule dans sa chambre. C'est aussi un tout bon et tout simple résumé de son album. Non aux boulots qu'on déteste. Non aux emplois précaires. Non au harcèlement. Non à l'inégalité des sexes... Non au choisir c'est renoncer. Nomates parle davantage qu'elle chante. À la croisée du post-punk, de la pop et du hip-hop mais toujours résolument lo-fi. C'est frais et ça n'a pas sa langue en poche. Fat White Man a un petit côté PJ Harvey moderne. C'mon Billy...