"U.F.O.F"

Certaines voix vous sautent à la figure. Débarrassée de tout cynisme, celle d'Adrianne Lenker ( lire son portrait page 4) fait partie de celles-là. Sans chercher à ê...

Certaines voix vous sautent à la figure. Débarrassée de tout cynisme, celle d'Adrianne Lenker ( lire son portrait page 4) fait partie de celles-là. Sans chercher à être particulièrement spectaculaire, elle est à la fois transparente et malléable. Car si la musique de Big Thief a pour ambition de se débarrasser de toute fioriture inutile, son écrin indie-folk est plus complexe qu'on ne pourrait le croire. Après deux premiers albums aussi sombres que limpides, le groupe enrichit sa palette, en multipliant les petites trouvailles de production. Hanté (le hurlement à la fin de Contact), voire vicieux ( Jenni), U.F.O.F. est à la fois beau ( Cattails) et tordu ( Betsy), direct et mystérieux, creusant les sentiments pour mieux débusquer son alien intérieur.