"Au départ, il y a ce constat général: le mouvement des jeunes vers la culture n'est pas toujours aisé, ne va pas de soi. Plus concrètement, à l'Arenberg, on note que les jeunes qui viennent voir des films le font majoritairement dans un cadre scolaire. On a beau leur tendre des perches, les inciter à revenir, ça ne change pas grand-chose. Est-ce simplement parce qu'ils ne vont pas beaucoup au cinéma, ou parce qu'ils fréquentent d'autres cinémas? On s'est interrogés, et très vite ...