Si la trilogie berlinoise de Jason Lutes parle du début du siècle dernier, ses propos n'en restent pas moins d'actualité. Les parallélismes qu'un lecteur avisé pourrait établir entre le Berlin des années 20 et les grognes populaires qui agitent le monde d'aujourd'hui y sont frappants. En revanche, y voir le point de départ de l'engouement underground pour la cité allemande serait qu...

Si la trilogie berlinoise de Jason Lutes parle du début du siècle dernier, ses propos n'en restent pas moins d'actualité. Les parallélismes qu'un lecteur avisé pourrait établir entre le Berlin des années 20 et les grognes populaires qui agitent le monde d'aujourd'hui y sont frappants. En revanche, y voir le point de départ de l'engouement underground pour la cité allemande serait quelque peu exagéré (quoique?). Bref, au travers d'une multitude de personnages, l'auteur américain dépeint cette période particulière où, enfin débarrassés de l'humiliation de la défaite de 1918 et du traité de Versailles, les Allemands se réveillent. Pas tous de la même manière cependant. Marthe Müller, fraîchement débarquée dans la capitale, fuit une famille bourgeoise trop étouffante. Elle vient s'inscrire au cours de dessin de l'académie des Beaux-Arts et y rencontre une foultitude de jeunes gens aisés et excentriques qui ne pensent qu'à faire la fête mais qui sont déjà animés d'une exaltation philosophico-artistique. Elle fait la connaissance dans le train de Kurt Severing, un journaliste éditorialiste qui, bien que désabusé, sera le seul protagoniste à porter sur le monde un regard lucide. Il lui servira de guide et de sésame dans les cercles intellectuels de la ville. On y croise également des familles juives absorbées dans la Torah, refusant de voir l'inéluctable, ou encore des familles pauvres déchirées par les courants politiques dominants à l'époque: le communisme pour la mère, le national-socialisme pour le père. Tout ce monde se mélange dans une ambiance de plus en plus lourde. La seule différence avec cette période centenaire est que le peuple d'alors croyait encore à la politique. Entamée il y a 25 ans, cette trilogie berlinoise réussit, par le prisme de faits historiques, le pari de mettre en garde, avec une efficacité redoutable le lecteur contemporain.