"Mon lexique est fourni de blattes." (dans Le Grand Bleu)
...

"Mon lexique est fourni de blattes." (dans Le Grand Bleu) "À nouveau, c'est l'idée de partir sur un lexique animal, qui permet de sortir des clichés bitch, street, gangsta, etc. Les insectes, ça m'a toujours dégoûté. Je déteste ça. Mon plus gros traumatisme, ce serait de me retrouver avec la même taille qu'un insecte. Comme dans Chérie, j'ai rétréci les gosses 2, où il se retrouve nez à nez avec une fourmi dans le jardin. C'est flippant! Au moins les dinosaures ont un truc sympa. Mais franchement, est- ce qu'il existe un seul insecte qui a l'air cool? Même la coccinelle, quand vous la retournez, c'est dégueu (rires)." "Au moins, quand j'étais crocodile, j'en avais rien à foutre du protocole. Et j'aime autant te dire qu'on savait faire des folies, Alligator et les quarante voleurs écaillés." (dans François Pignon) "Ça fait référence à une certaine période de ma vie, juste avant que je ne rencontre L'Or du Commun (groupe rap bruxellois qui a mis Roméo Elvis sur les rails, NDLR), et que j'arrête les conneries. C'était l'époque où je prenais beaucoup de drogues, où je traînais avec les mauvaises personnes, qui se battaient tout le temps. Je ne suis pas un bagarreur, mais je me retrouvais tout le temps mêlé à des histoires de baston. Je faisais le jeune cool, en essayant de me créer une identité un peu trash. Alors que fondamentalement, ce n'est pas dans ma nature. Je suis un petit gamin de merde, mais je ne suis pas méchant (sourire)." "Quand je t'embrasse c'est comme... une sorte de dauphin sophistiqué." (dans Une drôle de question) "À la base, on est bien d'accord, cette phrase n'a aucun sens. Sauf que les dauphins, comme les bonobos, sont les seuls animaux qui prennent du plaisir sexuellement. Ce n'est pas qu'une question d'instinct de survie et de reproduction. Dans ce sens-là, ils sont plus sophistiqués que les autres... Après, c'est surtout l'histoire d'un mec qui est prêt à dire n'importe quoi pour plaire à une fille (sourire). Même des choses qui ne veulent rien dire."