"Emilie n'a aucune méchanceté en elle, tout ce qu'elle fait de mal, elle le fait avec les meilleures intentions du monde", déclare Audrey Tautou à propos de son personnage dans l'excellente comédie de Pierre Salvadori, De vrais mensonges ( lire la critique page 31). Patronne d'un salon de coiffure en province, l'héroïne du film ignore l'homme à tout faire qui travaille pour elle... et qui l'aime secrètement. Quand l'homme (joué par Sami Bouajila) lui écrira une lettre de déclaration passionnée autant qu'anonyme, Emilie la fera suivre... à sa mère (Nathalie Baye), pensant ainsi lui...

"Emilie n'a aucune méchanceté en elle, tout ce qu'elle fait de mal, elle le fait avec les meilleures intentions du monde", déclare Audrey Tautou à propos de son personnage dans l'excellente comédie de Pierre Salvadori, De vrais mensonges ( lire la critique page 31). Patronne d'un salon de coiffure en province, l'héroïne du film ignore l'homme à tout faire qui travaille pour elle... et qui l'aime secrètement. Quand l'homme (joué par Sami Bouajila) lui écrira une lettre de déclaration passionnée autant qu'anonyme, Emilie la fera suivre... à sa mère (Nathalie Baye), pensant ainsi lui redonner le goût de vivre, elle qui n'est pas remise de sa séparation d'un mari artiste. " Elle pense sincèrement que cela fera du bien à sa mère, n'imaginant pas les problèmes que ce quiproquo va entraîner... ", commente une Audrey Tautou qui signe une performance brillante, entre réalisme et stylisation. "Le style est une chose essentielle en comédie, il faut considérer cette dernière avec tous les honneurs qu'elle mérite! Le problème, c'est qu'il sort sur les écrans de nombreuses comédies ayant des espérances commerciales inversement proportionnelles à leurs exigences artistiques. C'est ainsi devenu un genre un peu galvaudé, avec une image de seconde classe", déplore l'actrice qui revendique -avec Pierre Salvadori- un état d'esprit très différent. " Nous trouvons qu'il y a énormément de noblesse dans la comédie, et que quand celle-ci allie la capacité de faire rire avec l'élégance du style (dans les décors, les costumes, le travail de la caméra) c'est une forme de cinéma totalement formidable!", clame une Tautou qui loue "les textes très précis, très écrits, pas ordinaires" de son metteur en scène, "des textes qui participent aussi de cette stylisation." " J'ai aimé être, physiquement et dans mon jeu, dans la même précision que les dialogues, mais cela s'est produit inconsciemment. Mon jeu s'adapte à chaque réalisateur, et je n'aborderais par exemple pas de la même manière un film avec Cédric Klapisch, qui ne pratique pas la même forme de comédie. Il faut se fondre dans l'univers du réalisateur, car seul lui peut vous emmener ailleurs... " Audrey Tautou joue en funambule sur le fil du personnage d'Emilie et de ses paradoxes. " J'ai confiance dans la sympathie du personnage, et je n'ai pas peur du tout qu'elle puisse être antipathique à certains moments, voir agaçante. Au contraire! Moi, quand j'interprète un personnage, j'aime ses défauts! Dans la vie, d'ailleurs, on sait qu'on aime vraiment quelqu'un quand on aime aussi ses défauts. Alors, les côtés dur, autoritaire, égoïste, revanchard, lâche, d'Emilie ne me gênent pas le moins du monde. Et puis c'est quand même l'amour de sa mère qui la pousse. Et quand elle est odieuse avec l'homme qui l'aime (ce qu'elle ignore encore), c'est avant tout l'expression d'une fragilité gigantesque, qu'elle essaie par tous les moyens de cacher!" Une prestation 4 étoiles pour une comédienne décidément épatante, dans la lignée des grandes de la comédie américaine comme cette Miss Hepburn à laquelle elle doit son prénom... RENCONTRE LOUIS DANVERS