"Shrines"

C'est de plus en plus évident: le hip-hop américain actuel ne peut se résumer aux rutilantes cylindrées du rap de millionnaires. Depuis quelques mois, les proposi...

C'est de plus en plus évident: le hip-hop américain actuel ne peut se résumer aux rutilantes cylindrées du rap de millionnaires. Depuis quelques mois, les propositions alternatives ont tendance à se multiplier, qu'elles replongent dans un certain esprit nineties ou tentent des pistes plus décalées. Pour la pochette de leur nouvel album, le duo new-yorkais Armand Hammer, constitué de Billy Woods et Elucid, a utilisé la photo d'un tigre retrouvé enfermé dans un appartement de Harlem. Un fait divers dont il tire une métaphore poétique, point de départ d'un album aventureux, à la fois abrasif (l'abstraction ténébreuse de Slew Foot ou l'agitation du single Charms, avec KeiyaA) et accessible ( Bitter Cassava, produit par Earl Sweatshirt, qui apparaît encore plus loin).