"Sketches of Nowhere"

Compris entre deux plages où, à la voix d'une femme, répond au final celle d'un homme, la musique de Sketches of Nowhere se déploie comme une nébuleuse...

Compris entre deux plages où, à la voix d'une femme, répond au final celle d'un homme, la musique de Sketches of Nowhere se déploie comme une nébuleuse que l'on traverserait sans retenir aucun morceau en particulier tant le voyage y est quasiment hypnotique. Il y a, en effet, quelque chose de rêveur dans une musique pourtant régulièrement secouée par la batterie du leader et les percussions invitées. Mais la guitare et les électroniques de Bert Cools comme le Fender Rhodes de Bram De Looze (également au piano acoustique) lui confèrent une impalpable densité que ne solidifient qu'occasionnellement les ténors de Toine Thys et de Steven Delannoye, la trompette de Jean-Paul Estiévenart ou, encore, la basse groovée de Félix Zurstrassen...