Au départ, il y a une très bonne idée: décrypter les images de propagande filmées durant la Seconde Guerre mondiale. Pointer les compositions, les choix de cadre, de plan, de rythme. Montrer combien le conflit a ...

Au départ, il y a une très bonne idée: décrypter les images de propagande filmées durant la Seconde Guerre mondiale. Pointer les compositions, les choix de cadre, de plan, de rythme. Montrer combien le conflit a inauguré une manière de faire image, comment Goebbels a établi les canons du film de propagande et pourquoi les Alliés n'étaient pas en reste. Malheureusement, entre une bonne idée et sa réalisation, il y a un pas que le documentaire de Jean-Christophe Rosé ne franchit pas aisément. De la "Guerre éclair" qui n'en fut pas complètement une, sauf dans le récit allemand repris quasi tel quel par l'Histoire, jusqu'à l'héroïsme allié passant sous silence erreurs grossières et atrocités, peu d'analyses d'images et un commentaire qui se contente de décrire ce qu'on voit clairement à l'écran. En ressort un manque de distance flagrant et une impression de symétrie particulièrement dérangeante entre les motivations nazies et alliées. Il y avait mieux à faire au départ de cette matière mille fois revisitée.