"C'est l'affaire de dopage la plus sophistiquée jamais connue." "Il était déterminé, manipulateur." "C'était un très bon menteur." Lance Armstrong. L'un des plus grands scandales de l'Histoire du sport. Pendant sept ans, l'Américain a régné sur le Tour de France. Chargé comme un mulet. Au su de tout le monde. Entachant avec un aplomb déconcertant un cyclisme qui n'avait définitivement pas besoin de ça. On est en 1999. Les organisateurs de la Grande Boucle veulent redorer leur image et faire oublier l'affaire Festina.

Pas de chance. Armstrong, qui a déjà participé à quatre Tours pour trois abandons et revient d'un cancer généralisé, domine l'épreuve de la tête et des épaules. L'ancien triathlète éveille les soupçons et est contrôlé positif aux corticoïdes pendant l'épreuve avant d'être couvert par un certificat médical et le patron de l'Union cycliste internationale, conscient des retombées économiques qu'il représente (histoire d'un miraculé, intérêt croissant des Américains pour le vélo et afflux de sponsors). Rythmé par les interviews d'équipiers, de journalistes et d'experts (Tyler Hamilton, l'épouse de Frankie Andreu, l'ancien entraîneur de Festina Antoine Vayer ou encore le directeur de l'agence antidopage américaine), le documentaire d'Eve Minault décortique l'organisation infaillible qu'Armstrong avait mise en place et raconte la "gonflette" imposée à ses équipiers et la loi du silence instaurée dans le peloton. Édifiant même si pas génialement réalisé.

Documentaire d'Eve Minault.

7