Effet collatéral d'un retour de la guerre froide que l'on nous serine sur tous les tons avec insistance? Le film de sous-marin, qui connût un âge d'or à l'époque de la glaciation des relations Est-Ouest, a de nouveau le vent en poupe. Au Kursk de Thomas Vinterberg suivi du Hunter Killer de Donovan Marsh, sortis il y a quelques mois, succède aujourd'hui Le Chant du loup d'Antonin Baudry, des oeuvres à la réussite et aux ambitions diverses, mais témoignant toutes d'un regain d'intérêt manifeste pour le monde du silence.
...