En outre, l'éditeur historique des aventures de Tintin prouve qu'il ne manque pas d'autodérision, soulignant, non sans une bonne dose de second degré, le machisme omniprésent dans ses bandes dessinées.