Accueillir à la va-vite les clients alors que les stocks sont appauvris ne serait pas cohérent, estime-t-il. La formule "à emporter" reprendra cependant du service pour les lecteurs en manque.

"On nous dit qu'il ne faut se déplacer que pour des achats de première nécessité - et le livre en est un sans conteste - (...) mais qu'il ne faut surtout pas rester plus de 30 minutes dans le magasin", met en balance Marc Filipson. "De plus, nous n'avons plus reçu de livraisons depuis le 12 mars, certaines sont reportées à la rentrée et d'autres ont tout simplement été annulées."

"Seulement 10 titres"

Les nouvelles parutions ne devraient dès lors être placées dans les rayonnages que vers le 18 mai, "avec seulement 10 titres, principalement de grosses locomotives comme Joël Dicker, Marc Levy ou Guillaume Musso". Impossible d'ouvrir lundi dans ces conditions, soutient le libraire, qui espère reprendre le rythme de croisière du magasin "probablement dès samedi prochain".

Par contre, les guichets de la formule "à emporter" au n°42 de l'avenue des Arts et au Corner Lepoutre, à Ixelles, reprendront bien du service. "C'est pour moi la meilleure initiative" face à la pandémie de coronavirus, souligne M. Filipson. "Mais on verra, car la météo prévoit de la pluie ces prochains jours et les clients doivent faire la file sur le trottoir."

Le patron de Filigranes estime le manque à gagner dû aux mesures de confinement à environ trois millions d'euros depuis le début de la crise. Le chiffre d'affaires des ventes en ligne entre le 22 mars et le 9 mai s'élève, lui, à 160.000 euros.

Accueillir à la va-vite les clients alors que les stocks sont appauvris ne serait pas cohérent, estime-t-il. La formule "à emporter" reprendra cependant du service pour les lecteurs en manque."On nous dit qu'il ne faut se déplacer que pour des achats de première nécessité - et le livre en est un sans conteste - (...) mais qu'il ne faut surtout pas rester plus de 30 minutes dans le magasin", met en balance Marc Filipson. "De plus, nous n'avons plus reçu de livraisons depuis le 12 mars, certaines sont reportées à la rentrée et d'autres ont tout simplement été annulées." Les nouvelles parutions ne devraient dès lors être placées dans les rayonnages que vers le 18 mai, "avec seulement 10 titres, principalement de grosses locomotives comme Joël Dicker, Marc Levy ou Guillaume Musso". Impossible d'ouvrir lundi dans ces conditions, soutient le libraire, qui espère reprendre le rythme de croisière du magasin "probablement dès samedi prochain". Par contre, les guichets de la formule "à emporter" au n°42 de l'avenue des Arts et au Corner Lepoutre, à Ixelles, reprendront bien du service. "C'est pour moi la meilleure initiative" face à la pandémie de coronavirus, souligne M. Filipson. "Mais on verra, car la météo prévoit de la pluie ces prochains jours et les clients doivent faire la file sur le trottoir." Le patron de Filigranes estime le manque à gagner dû aux mesures de confinement à environ trois millions d'euros depuis le début de la crise. Le chiffre d'affaires des ventes en ligne entre le 22 mars et le 9 mai s'élève, lui, à 160.000 euros.