Dans ce théâtre grandiose, célébration organique d'une nature puissante, des gens font le choix de s'enfermer dans une pièce aveugle garnie de vilain mobilier pour résoudre les énigmes retorses qui leur permettront de sortir. Bon d'accord, il faut varier les plaisirs, proposer des occupations pour les jours de pluie, répondre surtout à la demande d'une clientèle aisée qui veut retrouver les mêmes loisirs qu'au coin de sa rue (mais pourquoi partir alors?). Mais n'est-ce pas complètement absurde? La négation même du concept de plein air qui est censé avoir guidé les citadins asphyxiés jusqu'à ces balcons alpins? Et n'est-ce pas aussi étrange et stupide que d'installer une piste de ski en plein désert?
...