Un lac somptueux, à la beauté norvégienne, peau plissée et reflets changeants, immense cimetière liquide du village (on y engouffre le cercueil des habitants disparus) et gardien de son passé. Un jour, débarque Joseph, homme exilé au charisme minéral, nimbé d'une mythologie des plus troublantes, avec qui la narratrice va bientôt connaître une histoire d'amour profonde et limpide... Situé dans une communauté de pêcheurs étrangement préservée et futuriste à la fois -les oiseaux ont disparu des lieux, seuls y évoluent encore des poissons, des chiens et quelques cochons fluorescents-, le premier roman de Karin Serres est une ode sensuelle à la nature, aux cycles, au recommencement. Un roman d'apprentissage sensible qui sent l'algue et les matins froids, la nature intacte et les vieilles légendes nordiques bruissantes, mais qui sait aussi charrier sa part de sombre et d'inquiétant, quand la mort guette, et la nature révèle sa sauvagerie. Entre images et non-dits, la dramaturge et metteuse en scène Karin Serres installe un paysage vivant à l'étrange pouvoir envoûtant. Un univers à suivre.

  • DE KARIN SERRES, ÉDITIONS STOCK, 106 PAGES.